icone

Rallye Châteaux Cathares

RAPPORT RALLYE 36"LES CHÂTEAUX CATHARES" de Cathy et JJ

du 8 au 12 avril 2013

Il m'a fallu quelques jours pour tout remettre en place dans la case "Souvenirs" de mon cortex pour enfin me retrouver derrière mon clavier afin de tenter de vous raconter ces quatre jours de vacances

passés avec une sacrée équipe Pacca qui a donné le meilleur d'elle même pour le bonheur de tous.

Cette fois, je vais faire court, car s'il fallait vous rendre ces instants magiques, jour par jour, il me faudrait demander la carte de presse professionnelle...

Ce Rallye, nous l'attendions tous, avec une certaine fébrilité, car la météo des dernières semaines était exécrable malgré l'annonce officielle du Printemps. Nous en avions fait l'amère expérience la semaine précédant le départ avec un Monaco Motor Légend particulièrement arrosé (merci encore à Ronald qui stoïque jusqu'au bout est resté de garde au stand, seul, un jour de pluie particulièrement sombre...).

Donc, nous voici sur la ligne de départ, ce lundi 8 avril à 14h à la station service Leclerc de l'A8 à la hauteur de Vidauban. Nous avons 500 kilomètres à parcourir. Vitesse moyenne 110 km/heure. Mine de rien à cette allure on avance bien. Les Porschistes et la Corvette de notre Excellence et ami, préfèrent se "faire plaisir" et rouler solo. Magnanimes, nous leur accordons cette grâce, avec toutefois rendez vous à la sortie 23 Carcassonne Ouest. C'est parti. Le temps est nuageux avec quelques rayons de soleil. A Montpellier, arrêt carburant et c'est à nouveau l'autoroute, assez chargée de camions pour l'Espagne. Arrivée à Carcassonne. Les bolides sont là à nous attendre... depuis 15'.

Tout le monde est là? Euh non, il manque  Gilles et Jean Claude. Le GPS a fait une blague à Gilles et l'a fait sortir à Montpellier. Jean-Claude qui le suivait lui a fait retrouver la bonne direction. Ils nous rejoignent une dizaine de minutes plus tard.

Cette fois nous entrons en Terre Cathare. Les départementales à 90, voire 70 kms/h mettent sur un pied d'égalité les moteurs vénérables aux chevaux âgés avec les fringants coursiers. La revanche des anciens sur les modernes... Traversée de Limoux qui fleure bon la Blanquette, dont nous ferons par la suite un franc usage... et arrivée au Château des Ducs de Joyeuses à Couiza qui sera notre havre durant quatre nuits. Plutôt que vous décrire cette sublime demeure seigneuriale, une photos suffira:

chateau-des-ducs-de-joyeuse.jpg

Nous sommes attendus avec le Pot Cathare de bienvenue, et enchaînons par un dîner que le Duc de Joyeuses aurait fort apprécié. Il faut dire qu'aux cuisine officie un jeune chef issu de l'école hôtelière de Lyon qui veut absolument nous et se faire plaisir. Nous serons gâtés et chouchoutés comme des princes, sans jamais une fausse note. Le tout servi par un personnel attentionné et discret. Ceux qui l'étaient moins, étaient les convives qui avaient tant de choses à se raconter, dans une franche bonne humeur, aidée en cela par le nectar des Ducs... Le repas terminé, Cathy et moi remettons les portes clés Cathares et les Plaques Rallye sous les acclamations...

rallye-chateau-cathares-2-copier.jpg

La journée a été bien remplie, il est temps de regagner les chambres, surtout que le départ du lendemain sera donné à 9h15.

Mardi 9 avril: après un petit déjeuner très copieux, tout le monde est à l'heure. Miracle: il fait soleil!...ce qui donne envie de décapoter les cabriolets et enfin de profiter de la nature qui commence à bourgeonner sérieusement. Direction RENNES le CHÂTEAU. Le grand parking de l'Abbé Saunières nous attend. Visite de ces lieux étranges où cet humble curé de campagne, pauvre comme Job, a soudainement dépensé des fortunes pour aménager son presbytère et son église... tout en entretenant une danseuse à Paris à qui il rendait souvent visite... Une histoire que les romanciers les plus téméraires n'auraient pas osé raconter... Ce "brave" homme aurait trouvé dit on un trésor Cathare grâce à des documents  découverts dans un retable de son église...  

Mais l'heure tourne et il faut songer à regagner les voiture. Départ pour le restaurant Le Moulin de l'Evêque à Rivel par les belles petites routes de l'Aude. Philippe nous offre l'apéritif en l'honneur de Jeannine dont c'est l'anniversaire. Happy birthday! Les coupes se lèvent et la Blanquette pétille... Vive Jeannine! ... et avant pour le coup de fourchette... Mais tiens, que se passe t il? Dehors le beau ciel lumineux s'est transformé en drapé charbonneux. De bonnes grosses gouttes commencent à tomber et c'est sous la pluie que nous quittons le Moulin pour le Château de PUIVERT. La montée vers la citadelle est ardue. Les autos grimpent doucement, car les ornières creusées par les siècles sont dangereuses. Visite du Château sous les giboulées qui n'empêchent pas les Pacca de grimper jusqu'au fait du donjon. On se croirait dans les Hightlands Ecossais. Cela apporte un effet mystérieux des lieux supplémentaire. Nous sommes transportés dans le temps et l'espace... Il était prévu de faire un Paccapéro dans la cour d'honneur du Château, mais vu ce qu'il tombe, il vaut mieux regagner le domaine des Ducs de Joyeuses. Le temps de se rafraîchir pour les uns ou de se réchauffer pour les autres, il est l'heure du dîner. Le Chef nous a préparé un menu "d'enfer":

Mousseline de truite tiède avec son coulis de crustacés

Civet de joue de porc Cathare, carottes au miel et au romarin

                                                Panacotta vanille caramel et sa glace

Pendant le café, nous organisons un petit quizz sur la journée. Chacun y gagnera un petit souvenir des Chevaliers Cathares.... et au lit maintenant...

Mercredi 10 avril: Le réveil a été un peu plus difficile... mais tout le monde est prêt pour de nouvelles aventures. Il fait grand soleil! Mais consternation: la belle plaque de rallye de Jean-Claude a été dérobée! (certainement par un gamin du stade de rugby qui est tout proche). Le pauvre Jean-Claude est consterné car il comptait bien agrandir sa collection avec celle de Pacca. Il est rapidement rassuré, il en reste une qui lui sera donnée en remplacement. A présent, direction la terre des Ovni, des Extra terrestres et de la fin du monde des Mayas: BUGARACH, dont on a tant parlé fin 2012... Le lieux est mystérieux et ce fameux pic dégage une impression bizarre. Les habitants se terrent chez eux et nous épient derrière leurs persiennes... Cela n'impressionne pas pour autant les Pacca, qui s'amusent de tout et de rien. Et nous voilà repartis pour Cucugnan, où nous attend l'Auberge des Vignerons pour le déjeuner. Stop dans les vignes de Montgaillard pour un Paccapéro très apprécié, car la température a bien grimpé et il fait soif... Nous sommes sur une petite route étroite, fort jolie et boisée, mais lorsque nous arrivons à un croisement pour Cucugnan, un fatidique panneau "Route Barrée, Déviation" nous enverra cavaler une bonne trentaine de kilomètres supplémentaires... Il en faut plus pour atteindre le moral des Pacca! Arrivés dans le bon village de Cucugnan, nous nous engageons dans les ruelles étroites, qui se rétrécissent de plus en plus, pour ne faire à la fin qu'un boyau entre les maisons qui datent de Charlemagne. Ma Corvette de tête frôle les murs et j'ai une pensée pour l'Excalibur de Gilles. J'arrive enfin à sortir de ce méandre et arrivé au parking, quelqu'un crie: "Gilles est coincé!". Nous sommes atterrés, car comment extraire la grosse Exca de ce piège? On envisage de faire venir un hélico, ou de dynamiter les maisons, quant arrive le Gilles, qui s'est débrouillé comme un grand pour sortir d'affaire sa chère Exca qui n'a pas une rayure... Acclamations pour le héros... et direction l'Auberge au pas de course, les estomacs sont vides...

L'apéritif des Vignerons remet du coeur au ventre. Après le bon déjeuner, ce sera l'attaque du Château de Queribus. L'un des plus beaux sur son nid d'aigle, avec la mer au lointain et les Pyrénées en toile de fond...et surtout, le dernier à s'être rendu aux Croisés du Pape Innocent qui ne l'était pas du massacre de tant de braves gens (avis personnel...). La montée est pénible, mais quelle récompense, une fois arrivés! Voyez les photos! Puis c'est le chemin du retour, avec le passage des Gorges de Galamus, réputées pour leur étroitesse: 2 mètres à certains endroits. Gilles s'étant entraîné à Cucugnan, se faufile avec souplesse entre les garde fous... A la fin des gorges, arrêt à l'Hermitage: photos, boissons et départ pour les Ducs. Surprise: ils nous attendent pour nous offrir l'apéritif ! En quel honneur Messeigneurs?... et bien tout simplement pour s'excuser au sujet de la disparition de la plaque rallye de Jean-Claude!.... et surprise sur le gâteau, Monsieur le Maire viendra lui aussi nous présenter ses excuses. En dédommagement il nous offrira une belle bouteille de vin fin à chacun d'entre nous. Belle leçon de civisme qui nous rappelle notre France "d'avant"... Pour le dîner, le Chef s'est encore déchiré... Il est appelé en salle et se fait applaudir. Demain se seront les premiers départ, snif, snif...

Jeudi 11 avril 2013: Le départ a été reporté à 10 heures. Fabienne et Richard prennent congé de nous.

Ils tomberont en panne sur l'autoroute du retour. Nous en sommes navrés. Mais le show doit continuer. En route pour Monségur. Route de montagne magnifique, bordée de mélèzes et de torrents. Soudain un éperon rocheux vertigineux où se dresse la citadelle qui semble plantée dans le ciel. Nous grimpons jusqu'au col encore enneigé et déballons pour la dernière fois la table bleue du Paccapéro. Séance photo avec un peu de nostalgie: trois équipages nous quitterons après le déjeuner... Solide repas montagnard ariégeois et dans la foulée, visite du musée de Montségur qui en dit long sur la vie et l'habitat de ces Cathares venus se réfugier dans la citadelle pour y subir un long siège et finir dans le feu. C'est pas gai, mais cela fait partie de l'Histoire que nous ne pouvons pas oublier. En route à présent pour Mirepoix, magnifique cité médiévale qui a conservé ses maison à colombage colorées de pastel... et son imposante Cathédrale qui fait face à l'Hérésie... Et puis c'est le retour vers notre Château où nous nous sentons si bien.

Le Rallye se termine par les petites routes du Pays de Sault, véritable France profonde et rurale.

Merci à tous les participants amis, qui nous fait confiance pour cette équipée lointaine. Cathy et moi même avons été heureux de vous faire découvrir une région méconnue, celle des Cathares qui, malgré leur extermination physique nous ont laissé les traces de leur passage sur cette terre sauvage.

 img-0041-copier-copier.jpg

 Vendredi 12 avril: route du retour vers la Côte d'Azur avec un stop à Bouzigues au restaurant "Les Jardins de la Mer" chaudement recommandé à juste titre par nos amis Aimé. Super!

 

CREDIT PHOTOS: Anne-Marie, Cathy, Murielle, Nicole, Ian