icone

A l'Assaut du Pays des Langhe

 

Sortie N° 2 : A l’assaut du Pays des LANGHE- 27-28-29 août 2010.

 

Chers membres actifs du Club et les participants à cette 1ère virée organisée par Daniel AIME et son épouse, je vais vous faire un rapport très précis de ce week-end.

Donc laissez moi vous conter cette épopée Italienne, plus exactement Piémontaise, région " Le LANGHE " avec comme destination SINIO où nous poserons nos bagages.

R.V après le péage de la Turbie pour un départ à 13h30; pointage, tout le monde affiche présent. Comme " l'exactitude est la politesse des rois " nous sommes donc tous des Rois et des Reines.

Nous partîmes à 10 véhicules et revinrent à 10 véhicules mais pas dans les mêmes conditions. Col de Tende franchit, soleil au rendez-vous, bonne humeur aussi, nous faisons un arrêt à Vernante, café, thé menthe à l'eau et nous voila prêts à reprendre nos chères compagnes. Nous faisions un bel équipage avec nos belles, telles que Alfa Roméo, Morgan, Porsche, Jaguar Austin Haley Triumph et Mercedes.

Nous avons traversé des tas de villages dont les noms ont eux aussi traversé mon cerveau… Les paysages qui se présentaient à nous étaient surprenants, des hectares de noisetiers en pleine saison de récolte, puis tout à coup des tas de vignobles gorgés de grappes bien rouges prêtes à être cueillies, et des figuiers chargés de fruits murs qui feront le délice de certains. On sent tout l'amour de leur propriétaire car chaque parcelle est d'une propreté dont on peut prendre exemple.

Enfin nous arrivons à notre point de chute, ouf nous pouvons admirer les paysages qui se présentent à nous, monts, vallons, cols et au loin les Alpes. Air pur, pas de pollution et un couple charmant qui nous accueille à bras ouverts. Les chambres distribuées, notre organisateur, notre Président et Anne et Christian doivent eux se rendre dans un gîte éloigné d'environ 300m (dixit l'organisateur).

19h30 chic, l'apéritif accompagné de noisettes, de noix et de patisseries (c'est le début des hostilités gastronomiques) puis repas, et c'est le début de notre cure; je passerai donc sous silence les salades, les carpaccios, les différentes variétés de pâtes et dessert, le tout accompagné de vin rouge de la production du propriétaire (Barolo, Barbera).

Les estomacs demandant pitié et la fatigue aidant, un bon somme est le bienvenu. Mais voila notre cher organisateur était venu à pied de jour, donc comptant sur une petite marche digestive au clair de lune romantique à souhait, car la nuit elle, était bien présente. Donc mettant tout son flair de fauve en avant, la ballade se fit au milieu des vignes, car il n'avait ni torche, ni boussole. En conclusion les 300m se transformèrent en km, mais combien? En tout cas une bonne heure de marche.

Samedi 28 Août : petit déjeuner sur le même modèle que le repas de la veille avec de la charcuterie, des fromages, des fruits... A l'heure prévue départ pour Serrralunga d'Alba avec promenade dans le village, ses petites ruelles et un magnifique château que nous ne pouvons admirer que de l'extérieur. Cela fut suivi d'une visite guidée de la cave " Terre Del Barolo" à Castiglione. Ayant toujours une petite oreille qui traine je m'aperçois que beaucoup de ces messieurs ont une grande envie de faire le plein de ces vins, mais quelques copilotes féminins veillaient au grain en faisant remarquer que soit le coffre était trop petit ou trop plein. Et pour continuer notre route direction le restaurant " Da Lele" à Murazzano encore plus important que celui de la veille sans compter sur l'Asti, la Grappa et je ne sais plus tellement nous étions submergés. Mais cela ne nous empêchera pas de nous rendre au château de Grinzane Cavour pour la visite d'une tour où toutes les salles étaient vides et en fait servaient aux réunions de la Confrérie des vins et des truffes blanches vendues aux enchères. Nous avions une vue merveilleuse sur les collines, les monts et les Alpes. En attendant le signal du départ il y eut le lâcher de nos chiens sur la verdure pour une détente bien méritée. Retour à la base, douche, maquillage et R.V à la salle à manger pour l'apéro où nous levâmes nos verres pour l'anniversaire de Claude Richard et rebelote à table. Je vous ferai grâce du menu toujours aussi copieux. Puis retour à nos chambres mais auparavant nous nous inquiétons du retour de notre G.O. Pas de problème, finie la promenade dans les vignes et vive l'Alfa.

Dimanche valises bouclées, noisettes achetées ainsi que du vin (oui encore), nous remercions nos hôtes chaleureusement, et reprenons nos petites routes parmi tous ces paysages magnifiques. Devinez notre destination, oui un Restaurant mais le dernier (nous allons être en manque !). Mais avant de re-re-remplir nos panses nous allons nous occuper du réservoir de nos belles. En Italie les stations service sont fermées le dimanche mais pas l'automate, aussi nous sortons nos cartes bleues, mais pas de chance ils ne veulent que du liquide, bon, échange du liquide contre du liquide soit du sans plomb ou du gas-oil. Bien sur nos voitures fonctionnent au Vert (hum, hum).

Donc le plein fait, à l'assaut du restaurant, seulement quelques Km plus loin Daniel Aimé s'arrête téléphone vissé à l'oreille. En effet il nous manque notre Président et nos amis GRANGER (Alfa Roméo). Daniel nous réquisitionne avec notre coupé Jaguar XK8, qui a 2 toutes petites places à l'arrière, ainsi que le couple OUDIT, Elisabeth et Alain (Jaguar Type E). N'écoutant que notre solidarité nous rebroussons chemin. L'Alfa des Granger est bien là mais elle refuse d'avancer ou de reculer, de toute manière elle n'émet aucun bruit. Retroussant nos manches nous la poussons sur le parking de la station service où elle nous attendra le temps d'ingurgiter un repas pantagruélique (au fait les champignons n'étaient pas vénéneux avis à ceux qui m'ont vu avec mon assiette…). Le café bu il faut maintenant agir. Le groupe se sépare retour pour la Francia pour certains et pour nous retour vers la malade. Auparavant arrêt à une autre station où Christian reprend du carburant pour 20E, car durant le repas, un gros, énorme doute s'est installé : Gas-oil ou sans plomb? Cette fois Christian opte pour du sans plomb car ses petites cellules grises sont en effervescence avec un point d'interrogation au bout.

Revenus à notre station d'origine, Alfa aussi dans son état d'origine, nous la poussons sous une bouche d'évacuation afin de vider un peu le réservoir. Je remarque qu'Alain est habillé tout de noir, ce qui est très bien car c'est lui l'homme qui détient les pouvoirs d'une éventuelle réparation, mais en réalité il s'était changé, et le voila couché sous le derrière de l'Alfa. Nous sommes autour comme au spectacle misant sur la couleur du liquide qui sortira des entrailles de la bête. Ayant vidé une partie du réservoir nous repoussons la voiture loin de la bouche d'évacuation. Les essais ne sont guère concluants mais en insistant elle y mets du sien et recommence à rugir. Ouf, retour à la bouche d'évacuation pour vider entièrement le réservoir et remettre le carburant adéquat. Et rebelote nous repoussons la voiture qui, adorable démarredu 1er coup. Moment crucial, elle pourra rentrer à la maison avec ses maîtres, et prendra rendez-vous avec son médecin. Leçon à tirer faites hyper attention au carburant que vous mettez dans votre amour de voiture, un peu comme si vous mettiez dans le verre de quelqu'un que vous aimez, beaucoup d'arsenic au lieu d'une bonne limonade. Effet garanti. En tout cas félicitations à Alain dont nous ne connaissions pas les talents de mécano. Chic on va rentrer à la maison.  Au péage de Vintimille, arrêt pour se faire la bise, se dire au revoir, à la prochaine et bonne fin de route à chacun.  En se disant à bientôt à St-Trop !

Bien amicalement à tous

Serviteurs

Bérengère.

Pacca au Pays des Langue